Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Demonstrators hold placards reading "I am a teacher" during a demonstration Oct. 18, 2020 in Paris. Demonstrations around France have been called in support of freedom of speech and to pay tribute to a French history teacher who was beheaded near Paris after discussing caricatures of Islam's Prophet Muhammad with his class.
Michel Euler/AP
Éducation

« Liberté d'enseigner » : Des milliers de personnes en France ont rendu hommage à Samuel Paty, enseignant assassiné


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Global Citizen fait campagne sur les Objectifs mondiaux des Nations Unies, notamment l'objectif n° 4 pour une éducation de qualité, et l'objectif n° 16 pour la protection des libertés fondamentales. La réalisation de ces objectifs est essentielle à la promotion de sociétés saines et inclusives où tous les individus, y compris les enseignants, sont protégés contre la violence. Vous pouvez nous aider en passant à l'action ici.

Deux jours après l'assassinat de Samuel Paty, enseignant dans un collège en France, une foule de personnes sont descendues dans la rue dimanche pour exprimer leur solidarité. 

M. Paty, qui avait 47 ans et enseignait l'histoire-géographie dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, a été attaqué par un extrémiste religieux vendredi après avoir montré des caricatures du prophète Muhammad à sa classe composée de jeunes élèves. Le professeur craignait pour sa sécurité dans les semaines précédant son assassinat, alors qu'il avait suscité la colère sur les réseaux sociaux

L'incident a choqué tout le pays, incitant des milliers de personnes à se rassembler dans les villes de France pour dénoncer la violence contre les enseignants et soutenir la liberté d'expression.

Certains ont souligné le fait que cette agression était une tentative de restreindre les droits des enseignants en recourant à l'intimidation : « ce qui est arrivé, c’est le résultat d’un manque de respect de manière générale envers les enseignants, ont déclaré deux enseignantes à Libération. Les parents se sentent autorisés à juger notre travail, à nous dire "vous devriez faire ça", et même "vous devez faire ça." »

« Je suis prof. Je pense à toi, Samuel », pouvait-on lire sur l'une des pancartes portées par un manifestant à Paris, selon la BBC. « Enseigner oui, saigner non », renchérissait une autre.

France-Protests-Samuel Paty-History-Teacher-001.jpgA demonstrator holds a French flag with the slogan "Freedom of Speech" during a demonstration on Oct. 18, 2020 in Paris.
Image: Michel Euler/AP

France-Protests-Samuel Paty-History-Teacher-002.jpgPeople gather on Republique in demonstration on Oct. 18, 2020 in Paris. Demonstrations around France have been called in support of freedom of speech and to pay tribute to French history teacher Samuel Paty.
Image: Michel Euler/AP

Embed from Getty ImagesEmbed from Getty Images

D'autres ont réaffirmé la nécessité de préserver l'éducation du terrorisme non seulement en France, mais dans le monde entier ; soulignant que celle-ci était « la seule solution » à l'extrémisme. 

« L'enseignement est une arme de paix », peut-on lire sur un panneau, qui fait écho aux recommandations des Nations Unies en vue de prévenir la violence par l'éducation.

Embed from Getty ImagesEmbed from Getty Images

L'importance de rester unis et de rejeter toute forme de racisme et d'islamophobie à un moment où les divisions religieuses s'aggravent dans le pays a également été soulignée.

« Je suis Samuel ; je suis Charlie. Mais pas d’amalgame. #NotInMyName », pouvait-on ainsi lire sur une pancarte, en référence aux attentats contre Charlie Hebdo, dont le procès est en cours.

Embed from Getty Images

Les représentants du gouvernement français ont également rendu hommage à M. Paty sur les réseaux sociaux ; le Premier ministre Jean Castex a notamment déclaré sur Twitter : « Vous ne nous faites pas peur. Nous n'avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas. Nous sommes la France ! ». 

Vous ne nous faites pas peur.
Nous n’avons pas peur.
Vous ne nous diviserez pas.
Nous sommes la France ! pic.twitter.com/GjUQo9AePa

— Jean Castex (@JeanCASTEX) October 18, 2020

Un hommage national est prévu mercredi, a indiqué Le Parisien.

Parallèlement, dans une interview accordée au Journal du Dimanche, M. Castex a mentionné que le gouvernement travaillait activement à une stratégie visant à mieux protéger les enseignants contre de futures violences.