Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

A dose of Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine is prepared in a syringe before a second round of vaccinations were administered at Beaumont Health in Southfield, Mich, Jan. 5, 2021.
Paul Sancya/AP
ActuSanté

Vaccins COVID-19 : Comment les limites de température affectent l'équité et la justice sociale

Par Timothy Ford, professeur et titulaire de la chaire de sciences biomédicales et nutritionnelles, Université du Massachusetts Lowell, et Charles M. Schweik, professeur de conservation de l'environnement, Université du Massachusetts Amherst


Pour atténuer les inégalités en matière de santé et promouvoir la justice sociale, les vaccins contre les coronavirus doivent être mis à la disposition des populations mal desservies et des communautés difficiles à atteindre.

Il y a peu d'endroits aux États-Unis qui ne sont pas accessibles par voie routière, mais d'autres facteurs — de nombreux hôpitaux ruraux n'ayant pas les moyens d'acheter des congélateurs à très basse température ou ne disposant pas d'une électricité fiable, par exemple — posent problème. Toutefois, avec la volonté et les ressources du gouvernement, ces difficultés pourraient être surmontées.

Ce n'est pas le cas pour une grande partie du reste du monde.

L'un d'entre nous, Tim Ford, est un chercheur en santé mondiale qui a effectué de nombreux travaux internationaux sur l'eau et la santé là où la chaîne du froid fait défaut, plus récemment dans la campagne haïtienne. L'autre, Charles Schweik, étudie la manière dont la diffusion des innovations — tant numériques que physiques — peut résoudre des problèmes sociaux urgents et des inégalités sociales.

Les vaccins Pfizer et Moderna sont un excellent début qui mérite d'être célébré, mais ils reposent sur une chaîne d'approvisionnement complexe de congélateurs et de méthodes d'expédition à température contrôlée appelée « chaîne du froid ». Cette dépendance à l'égard de la chaîne du froid soulève des questions d'équité et de justice sociale, car de nombreuses régions du monde ne peuvent en assurer le fonctionnement. Les chercheurs travaillent dur sur des vaccins qui peuvent éviter le cauchemar logistique et économique que représente la chaîne du froid.

Les lacunes de la chaîne du froid

Dans les régions les plus pauvres, les régions les plus reculées du monde et dans les endroits où la température moyenne de jour est élevée et où l'électricité n'est pas disponible ou est irrégulière, il n'existe aucun mécanisme permettant de maintenir les vaccins à basse température. Il se peut même qu'il n'y ait pas de routes ni d'aéroports dans beaucoup de ces endroits. Il se peut même que les routes soient impraticables à certaines périodes de l'année ou inaccessibles pour des raisons politiques ou en raison de troubles publics.

Articles liés 21 décembre 2020 Cette épidémiologiste aide à prévenir la COVID-19 dans le plus grand camp de réfugiés au monde

Les vaccins Moderna et Pfizer doivent être conservés au congélateur et doivent s'appuyer sur la chaîne du froid pour arriver à destination. Seuls les grands pays riches disposent des ressources nécessaires pour mettre en place une chaîne du froid bien développée, ce qui signifie que de vastes régions du monde ne peuvent actuellement pas se procurer un vaccin contre la COVID-19.

Cette situation est néfaste pour la santé publique et n'est ni équitable ni juste.

Des vaccins à température stable

Les vaccins qui arrivent ne nécessitent pas un stockage à très basse température. Certaines entreprises, dont AstraZeneca et Johnson & Johnson, travaillent sur des vaccins qui ne nécessitent qu'une réfrigération, par opposition à un stockage à des températures de congélation. Fin décembre, l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca a été autorisée au Royaume-Uni. Les deux vaccins devraient être disponibles sur le marché mondial au cours des deux prochains mois et pourraient étendre considérablement la portée du vaccin.

Les deux sociétés travaillent également avec la Facilité COVAX, qui se décrit comme « un mécanisme mondial de partage des risques pour l'achat groupé et la distribution équitable d'éventuels vaccins COVID-19 ». L'objectif est de mettre les vaccins à la disposition de tous les pays participant au programme COVAX, quel que soit leur niveau de revenu. À la mi-décembre, 92 pays à faible et moyen revenu s'étaient inscrits.

Articles liés 4 septembre 2020 Des pays africains rejoignent une initiative « révolutionnaire » pour garantir un accès au vaccin anti-COVID-19

La réfrigération est préférable à la congélation, mais pour les régions isolées, la température ambiante est préférable, et les chercheurs travaillent sur des vaccins COVID-19 thermostables qui n'auront pas besoin d'être réfrigérés. Les techniques qui suppriment la nécessité d'une chaîne du froid pour les vaccins sont utilisées avec succès depuis plusieurs décennies. Les vaccins lyophilisés en sont un exemple. Le premier vaccin thermostable a été mis au point pour la variole en 1955 et on lui attribue en partie l'élimination définitive de la maladie.

Aujourd'hui, les chercheurs continuent à chercher des moyens innovants de stabiliser les vaccins viraux, de la lyophilisation à l'air avec des films de sucre peu coûteux à la lyophilisation avec différents agents stabilisants. Certains chercheurs travaillent également sur des formulations liquides stables, en particulier des virus de la grippe vivants atténués, qui évitent le processus coûteux de la lyophilisation, ce qui n'est pas toujours facile pour les pays à revenu faible et moyen. Toutes ces approches pourraient s'appliquer aux vaccins à base de virus vivants atténués, tout comme le vaccin antigrippal, ainsi qu'aux deux vaccins contre les coronavirus en cours de développement par AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Un espoir pour les vaccins contre la COVID-19 ?

Jusqu'à présent, il s'agit surtout de recherche fondamentale, mais des progrès dans ce domaine aideraient grandement à répondre aux besoins sanitaires mondiaux.

À ce jour, les efforts les plus prometteurs en faveur de vaccins contre la COVID-19 à température stable proviennent de la Chine et de l'Inde. Des scientifiques chinois ont mis au point une méthode permettant d'envelopper un vaccin à ARNm dans des nanoparticules de lipides qui le gardent frais à température ambiante. Les chercheurs indiens utilisent un fragment de protéine modifié qui tolère les températures élevées. Plus récemment, une équipe britannique a commencé à collaborer sur un vaccin à dose solide, stabilisé par un polymère et sans aiguille.

Articles liés 14 décembre 2020 Le Canada investit de nouveau dans les tests, traitements et vaccins anti-COVID-19 destinés aux pays à faible revenu

Compte tenu des limites de la chaîne du froid, il existe des obligations de santé publique, morales et éthiques qui nécessitent d'investir dans des vaccins qui peuvent être administrés en utilisant des approches autres que la chaîne du froid. Dans de nombreux endroits, c'est la seule façon pour le public d'obtenir un vaccin.


Cet article est tiré de The Conversation. Vous pouvez lire l'article original en anglais ici.