Pourquoi les Global Citizens doivent-ils s'en préoccuper ?
La meilleure façon de mettre fin à la pandémie le plus vite possible est de rendre les vaccins accessibles à tous, partout. Les inégalités en matière d'accès aux vaccins entravent fortement cet effort. Les pays à revenu élevé monopolisent les stocks de vaccins et vaccinent massivement leur population tandis que les personnes à haut risque, tels que les travailleurs de la santé et les personnes âgées, en sont privées. Faites entendre votre voix pour réclamer une distribution équitable des vaccins en passant à l'action ici.

Chine McDonald est une écrivaine et une présentatrice basée au Royaume-Uni. Elle exerce, par ailleurs, la fonction de responsable de la collecte de fonds et de l'engagement au sein de l'organisation Christian Aid.

Elle est l'auteure du livre God Is Not a White Man & Other Revelations, un ouvrage « en partie mémoire, en partie commentaire social et théologique » qui traite de son expérience en tant que femme noire au sein de l'église britannique, à majorité blanche.

Elle partage, dans cet article, son point de vue sur l'accès inégal des vaccins, en observant comment les membres de sa propre famille ne bénéficient pas du même accès en fonction de leur lieu de résidence. 

Vous pouvez lire d'autres articles de la série Mon histoire ici.


Au cours des derniers mois, je me suis souvent retrouvée à consulter le site de planification des vaccins en ligne pour savoir quand on me proposerait de recevoir le vaccin contre la COVID-19. Lorsque j'ai commencé à travailler sur cet essai, il y avait entre trois et dix millions de personnes au Royaume-Uni qui attendaient, avant moi, de se faire administrer leur première dose. J'étais beaucoup plus proche du peloton de tête que je ne l'étais lorsque j'ai commencé à vérifier ces informations. J'ai reçu ma première dose mi-mai.

Plus de 60 % de la population britannique a désormais reçu sa deuxième dose de vaccin, devenant ainsi entièrement vaccinée, dans le cadre de ce qui est considéré comme étant la plus vaste campagne de vaccination que notre pays ait jamais connue.

C'est absolument incroyable. Je me sens fière d'être anglaise. Nous avons parcouru un long chemin depuis les jours sombres et terrifiants qui ont marqué le début de la pandémie l'année dernière, tandis que nous luttions contre un virus invisible qui allait tuer au moins 128 000 personnes dans notre pays et 3,9 millions de personnes à travers le monde.

Au Royaume-Uni, nous nous libérons peu à peu de notre isolement. Nous faisons des projets pour l'avenir. Nous retrouvons des amis que nous n'avons pas vus depuis des mois. Nous bravons aussi le mauvais temps anglais pour nous regrouper dans les jardins des restaurants et raconter nos histoires de guerre sur la COVID-19.

En dépit de la fierté que j'éprouve pour le pays dans lequel je vis et de l'immense chance que j'ai eue de pouvoir me faire vacciner, je songe à l'injustice que représente le fait qu'une Britannique de 37 ans se soit faite vacciner avant sa grand-mère de 86 ans, qui vit au Nigeria.

Chine McDonald 1.jpgChine McDonald est une écrivaine, présentatrice et responsable de la collecte de fonds et de l'engagement au sein de l'organisation Christian Aid. Elle est assise chez elle le 13 juin 2021.
Image: Amara Eno pour Global Citizen

Je suis née à Lagos, au Nigeria, et j'ai déménagé au Royaume-Uni à l'âge de quatre ans avec mes parents et mes deux sœurs cadettes. La plupart des membres de notre famille vivent encore là-bas tandis que d'autres sont installés un peu partout dans le monde. Nous formons une famille très unie, même si elle est internationale. 

Pendant le confinement, nous avons recouru de plus en plus au digital, notamment en organisant une fête de départ à la retraite pour ma mère sur Zoom, en nous appelant toutes les deux semaines pour avoir des nouvelles de la vie de chacun et en nous envoyant, presque quotidiennement, des vœux d'anniversaire. Quand vous êtes issu d'une grande famille globale, c'est toujours l'anniversaire de quelqu'un.

Depuis peu, ma grand-mère a réussi à se joindre à nous lors d'un appel sur Zoom pour fêter les 60 ans de ma tante. Elle était belle et épanouie, mais je suis souvent déconcerté par l'âge qu'elle prend, par sa fragilité.

En repensant à la situation que nous avons traversé il y a quelques mois, je me souviens avoir regardé des programmes télévisés dans lesquels des Anglais plus âgés, de l'âge de ma grand-mère, recevaient leur vaccin contre la COVID-19. Après avoir vécu une période terrifiante, pour tout un chacun, au cours de laquelle les personnes plus âgées et les plus vulnérables étaient particulièrement exposées, c'était merveilleux de les voir se faire vacciner avant nous

Le coronavirus est un problème mondial qui nécessite une réponse mondiale. Nous ne serons pas libérés de cette menace tant que toutes les grands-mères du monde ne seront pas protégées.

Chine McDonald 2.jpgLe livre de Chine McDonald, « God Is Not a White Man & Other Revelations, » parmi d'autres livres sur une étagère de son domicile.
Image: Amara Eno pour Global Citizen

Pourtant, la triste, ou injuste, réalité est que ce sont les pays du Nord, à prédominance blanche, qui ont acheté des vaccins pour satisfaire les besoins de leur nation. Alors qu'une grande partie de la population du Royaume-Uni a été vaccinée, seul 1 % de la population de certains des plus pauvres pays d'Afrique a reçu un vaccin. 

Ma grand-mère fait partie des 99 % de la population de ces pays qui attendent toujours leur tour. Si les États du Nord ont acheté plus de vaccins qu'ils n'en ont besoin, les pays africains sont en train d'épuiser les stocks limités qui leur ont été distribués.

Le récent pic des taux d'infection et des décès dus à la COVID-19 en Inde est accablant. Il nous rappelle, en outre, que ce virus mortel n'a pas encore été vaincu nulle part sur la planète. L'Inde, aussi, est à court de vaccins pour vacciner sa population bien qu’elle soit l'un des principaux fabricants de vaccins au monde.

Les témoignages de mes collègues indiens de l’organisation Christian Aid, pour laquelle je suis responsable de la collecte de fonds auprès des communautés et de l'engagement, sont bouleversants : le virus a des conséquences non seulement sur nos programmes mais également sur nos employés et leurs familles.

Monopole sur les vaccins

En tant que Global Citizens, il nous incombe d'exhorter nos dirigeants à collaborer et à prendre en compte non seulement les intérêts de leur propre pays, mais aussi ceux des communautés pauvres et marginalisées. C'est le moment ou jamais de donner une leçon en matière d'équité et de faire preuve de bienveillance et de solidarité envers le reste de l'humanité. Il s'agit d'une question morale.

À Christian Aid, nous faisons partie de l'Alliance en faveur d'un vaccin universel et, en avril 2021, nous avons travaillé avec d'autres organisations pour rassembler plus de 150 chefs religieux, qui ont fait front commun pour demander aux États et aux laboratoires pharmaceutiques de fabriquer et de distribuer assez de vaccins pour que chacun dans le monde, y compris ma grand-mère, puisse être protégé contre ce virus qui nous menace tous.

Chine McDonald 3.jpgChine McDonald travaille depuis son domicile en tant que responsable de la collecte de fonds et de l'engagement au sein de l'organisation Christian Aid.
Image: Amara Eno pour Global Citizen

Les chefs religieux du monde entier, dont Rowan Williams, l'ancien archevêque de Canterbury, Thabo Makgoba, l'archevêque anglican du Cap, et le cardinal Peter Turkson de l'Église catholique romaine, ont préconisé une fin du nationalisme vaccinal, une démarche également soutenue par le Dalaï Lama.

Comme l'ont souligné les 150 dirigeants dans une lettre commune : « Nous ne pouvons pas abdiquer nos responsabilités envers nos sœurs et nos frères en imaginant que l'on peut laisser le jeu du marché résoudre la crise ou nous faire croire que nous n'avons aucune obligation envers les autres dans cette humanité partagée. Chaque être humain est précieux. Nous avons une obligation morale envers chacun, dans tous les pays. »

Nous manquons, en effet, à notre devoir moral si la vie de chaque grand-mère n'est pas jugée digne d'être protégée, quel que soit le lieu où elle vit dans le monde.


Si vous êtes auteur ou un activiste, ou si vous souhaitez tout simplement vous exprimer sur un sujet, n'hésitez pas à soumettre des propositions au programme des auteurs collaborateurs de Global Citizen en nous écrivant à contributors@globalcitizen.org.

In My Own Words

Lutter contre la pauvreté

Je peux me faire vacciner et pas ma grand-mère. Sa vie vaut-elle moins que la mienne ?

Par Chine McDonald