Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Scott Warman/Unsplash
Alimentation et Faim

Le Canada verse 1,5 million de dollars pour faciliter l'accès des communautés à faible revenu aux produits frais


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Les Nations Unies ont pour objectif de mettre fin à la faim, d'assurer la sécurité alimentaire et d'améliorer la nutrition dans le cadre de l'objectif mondial n° 2. Au Canada, des millions de personnes ont du mal à s'offrir une alimentation saine et de qualité, mais des programmes comme les Market Greens visent à y remédier. Rejoignez Global Citizen et agissez sur cet enjeu et bien plus encore ici.

Le gouvernement canadien a annoncé l'octroi de 1,5 million de dollars à Centres communautaires d'alimentation du Canada (CCAC) pour financer son initiative Market Greens, qui vise à améliorer l'accès à la nourriture des personnes vivant dans des communautés à faibles revenus.

« Vivre avec un faible revenu peut entraver l'accès à des aliments nutritifs. Ceci est d'autant plus vrai en cette période où notre économie se remet de la pandémie de COVID-19, a déclaré la ministre canadienne de la santé, Patty Hajdu, dans un communiqué de presse. Nous sommes très heureux de soutenir la poussée d'initiatives telles que Market Greens, qui sont parvenues à surmonter des barrières financières, garantissant ainsi à un plus grand nombre de Canadiens l'accès à des fruits et légumes frais. Ceci contribuera ensuite à améliorer leur santé et à réduire leur vulnérabilité aux maladies chroniques. »

La pandémie de COVID-19 a attiré l'attention sur l'insécurité alimentaire, de nombreuses personnes ayant perdu leur emploi.

Au Canada, l'insécurité alimentaire est un problème qui existe depuis longtemps. Selon le Food Insecurity Policy Institute (PROOF), plus d'un ménage sur huit, soit 4,4 millions de personnes, souffrait d'insécurité alimentaire entre 2017 et 2018.

Avant la pandémie, plus d'un million de personnes se rendaient déjà dans les banques alimentaires chaque mois selon Banques alimentaires Canada. En mai, deux mois seulement après le début de la pandémie, Chris Hatch, PDG de Banques alimentaires Canada, a déclaré à CTV News que la fréquentation des banques alimentaires avait déjà augmenté de 20 % en huit semaines.

Le nouveau financement du gouvernement servira à étendre le programme Market Greens à une trentaine de sites dans tout le pays.

Le programme permet de faciliter l'accès aux marchés de produits frais à bas prix, et fournit des bons d'achat de fruits et légumes qui peuvent également être utilisés dans les magasins locaux participants.

« Nous estimons qu'il est logique de favoriser l'accès à des aliments frais et sains par le biais de marchés à but non lucratif, ainsi que d'offrir un accès subventionné à des aliments sains aux personnes à faible revenu exposées à des maladies chroniques, a déclaré Kathryn Scharf, directrice des programmes de le CCAC. Market Greens montrera qu'un investissement simple et peu coûteux, en amont, et destiné à faire des fruits et légumes frais une alternative facile et abordable, peut jouer un rôle dans la prévention de maladies dont le coût humain et économique est élevé en aval. »

Certains marchés de fruits et légumes proposeront également des présentations alimentaires, en fournissant des conseils et des recettes du Guide alimentaire canadien, afin d'aider les participants à apprendre à manger sainement tout en respectant leur budget.

Articles liés 13 juillet 2020 Cette association française lutte contre la précarité alimentaire en offrant des produits bio accessibles à tous

Le programme de bons de CCAC s'adressera aux groupes les plus exposés à l'insécurité alimentaire, notamment les nouveaux immigrants au Canada, les populations autochtones, les personnes souffrant de maladies chroniques et les ménages avec de jeunes enfants.

CCAC prévoit également de lancer un nouveau programme dans lequel les médecins de certains centres de santé pourront prescrire des fruits et légumes, principalement aux personnes à faible revenu atteintes de maladies chroniques comme le diabète de type 2, qui pourront ensuite être achetés sur les marchés participants.