Pourquoi les Global Citizens devraient-ils s'en préoccuper ?
La mise en place d’une “axe carbone au Canada s'inscrit dans le cadre d'un programme national plus large pour lutter contre le réchauffement climatique. Les Nations unies exhortent les Etats à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 afin d’éviter de catastrophiques dérèglements climatiques. Vous pouvez vous joindre à nous et passer à l’action ici

La Cour suprême du Canada a voté l’adoption nationale d’une taxe carbone le 25 mars, par six voix contre trois.

Les provinces doivent, désormais, mettre en place leurs propres taxes carbone pour les consommateurs à la pompe à essence et pour les entreprises, dont les activités émettent du CO2, auquel cas le gouvernement fédéral fixera un tarif minimum. 

Le juge en chef Richard Wagner a indiqué que puisque les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont “extraprovinciales,” elles ne connaissent pas de frontières et le gouvernement fédéral peut établir des règles pour les limiter.

"Les preuves montrent clairement que l’établissement de normes nationales minimales de tarification rigoureuse des GES en vue de réduire les émissions de ces gaz présente un intérêt pour le Canada tout entier,” est-il indiqué dans la décision. “Cette problématique est essentielle à notre réponse à une menace pour l’avenir de l’humanité.”

“Par conséquent, elle satisfait aisément le critère préliminaire et mérite d'être considérée comme une éventuelle question d'intérêt national,” est-il écrit.

La taxe carbone fédérale a rencontré une certaine résistance après son entrée en vigueur en 2019. Plusieurs provinces considèrent qu’elle est punitive et qu'elles, seules, ont compétence pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement fédéral a imposé, en réponse, un prix minimal sur les émissions de gaz à effet de serre, puis a reversé les recettes récoltées aux contribuables. 

La loi a été portée devant la Cour suprême, et la décision du 25 mars établit qu'une taxe carbone est constitutionnelle en vertu de la clause de “paix, ordre et bon gouvernement” de la Constitution, qui permet au gouvernement de prendre des mesures sur des questions d'intérêt national. 

Cette décision pose les bases d'une action climatique plus large, a rapporté CBC.

La taxe carbone fédérale est actuellement de 40 dollars la tonne de GES. Elle devrait augmenter annuellement pour atteindre 170 dollars par tonne en 2030. Le Canada a l’ambition de réduire ses émissions de 30% d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005, et d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050

La taxe carbone est une mesure essentielle pour atteindre ces objectifs. La stratégie du Canada pour lutter contre le changement climatique comprend d’autres piliers tels que l'amélioration de l'efficacité énergétique des maisons et des bâtiments, l'investissement dans des systèmes de transport en commun, la décarbonisation des industries et le renforcement de la résilience des communautés aux répercussions du réchauffement climatique. 

Un levier économique

Image- Alain Duchateau:Unsplash.jpgAlain Duchateau/Unsplash

Les analystes économiques et les spécialistes du changement climatique s'accordent, depuis longtemps, à dire que les taxes carbone constituent un moyen efficace de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d'atténuer les effets du changement climatique. 

En pénalisant financièrement les émissions de CO2, ces taxes incitent les pollueurs à réduire leurs émissions en investissant dans l’énergie propre et l'efficacité énergétique. 

Les militants écologistes affirment que les taxes carbone mettent en lumière le coût des émissions de CO2 en prenant en considération les “coûts externes,” qui ont des répercussions sur les populations et les gouvernements. A titre d’exemple, le changement climatique entraîne des tempêtes extrêmes qui coûtent des milliards de dollars, chaque année, en termes de dommages économiques. Une taxe carbone permettrait de collecter des fonds pour atténuer ces coûts. 

En 2020, 25 pays avaient mis en place une taxe carbone. Chaque taxe carbone fonctionne différemment en fonction de différents facteurs, notamment l’impact du réchauffement climatique, les conditions socio-économiques ainsi que les forces du marché. 

Le Canada redistribue aux citoyens l'argent provenant de la taxe carbone. La Cour suprême ayant tranché, le gouvernement peut désormais prendre des initiatives plus larges en faveur de la lutte contre le changement climatique. 

“Les changements climatiques sont réels,” est-il indiqué dans le jugement signé par le juge en chef. “Ils sont causés par les émissions de gaz à effet de serre résultant des activités humaines, et ils constituent une grave menace pour l'avenir de l'humanité.”

News

Défendre la planète

La Cour suprême du Canada juge la “taxe carbone” constitutionnelle, une victoire pour l'action climatique

Par Joe McCarthy