Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Citoyenneté

Le Canada a adopté un projet de loi qui protège les personnes transgenres et non-binaires

Twitter/Min. Wilson-Raybould

Des droits importants ont été accordés aux citoyens transgenres et non-binaires du Canada grâce à l'adoption par le Sénat du projet de loi C-16.

La loi protégera les Canadiens contre les discriminations fondées sur l'identité ou l'expression du genre. Il a fallu environ 12 ans et plusieurs tentatives échouées pour y arriver.

Ce projet de loi a été présenté pour la première fois par l'ancien député du NPD Bill Siksay en 2005. Il l'a réintroduit en 2007 et de nouveau en 2009. Le projet de loi a été adopté par la Chambre au printemps 2011, mais il est mort au feuilleton par l’inaction du Sénat.

Finalement, le Sénat a adopté le projet de loi C-16 après un vote de 67 pour et 11 contre, le 15 juin.

« Au Canada, nous célébrons l’inclusion et la diversité et toutes les Canadiennes et tous les Canadiens devraient se sentir libres d’être eux-mêmes. C’est pourquoi les personnes transgenres et de genres divers doivent bénéficier d’un statut égal dans la société canadienne et ce projet de loi enchâsse ce statut dans le droit canadien », a dit Jody Wilson-Raybould, ministre de la Justice et procureur général du Canada.

En 2016, plus de 86 personnes transgenres sont mortes à cause de la transphobie et la haine, selon député NDP Randall Garrison, Porte-parole, Enjeux LGBTQ.

Pour plusieurs, ce projet de loi représente un moment important dans l’histoire transgenre et non-binaire.

« Ça démontre aussi jusqu'à quel point la société canadienne évolue et qu'il est vraiment temps, en 2017, d'indiquer clairement que notre pays est inclusif, qu'on valorise la liberté et qu'on protège les gens qui sont vulnérables et marginalisés », a dit député Randy Boissonnault, conseiller spécial sur les enjeux liés à la communauté LGBTQ2, lors d’un entretien téléphonique avec La Presse.