Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Cristina Gottardi/Unsplash
Santé

4 obstacles qui entravent l'accès aux services de santé mentale dans le monde


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Depuis plusieurs mois, l'accès aux soins de santé est au premier plan des préoccupations du fait de la pandémie de COVID-19. Cependant, la nécessité d'investir dans les services de santé mentale est tout aussi importante, surtout en cette période de pandémie. À l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, rejoignez Global Citizen et passez à l'action dès maintenant.

La pandémie de COVID-19 a non seulement attiré l'attention sur les questions de santé mondiale, mais elle a également mis en évidence la nécessité d'investir dans la santé mentale dans le monde entier.

Pour résumer, les pandémies sont très stressantes. L'épidémie de coronavirus se traduit sans aucun doute par une peur et une anxiété accrues, tandis que les mesures de distanciation sociale favorisent l'isolement et peuvent accroître le sentiment de solitude, selon les Centers for Disease Control and Prevention

Pire encore, de nombreuses personnes ont perdu leur emploi dans le monde entier, plaçant les préoccupations financières au cœur des inquiétudes. Les habitudes de sommeil et d'alimentation ont été perturbées, et nombreux sont ceux qui ont éprouvé un sentiment de mal-être général pendant une grande partie de l'année 2020. La pandémie a probablement été encore plus dure pour les personnes qui souffraient déjà de problèmes de santé mentale avant qu'elle ne se déclare.

L'accès aux services de santé mentale est un élément essentiel de l'accès à la santé et au bien-être, conformément à l'objectif mondial n° 3 ; or, ce droit continue d'être négligé dans le monde entier en raison d'un certain nombre de facteurs.

1. L'accès aux services de soins de santé mentale

Partout dans le monde, des obstacles entravent l'accès aux traitements de santé mentale pour diverses raisons, mais dans certains cas, il est impossible pour les patients de bénéficier de services et de médicaments. Les pays à faible revenu comptent en moyenne 0,1 psychiatre et 0,3 infirmière psychiatrique pour 100 000 personnes, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la période allant de 2014 à 2016

« Près d'un milliard de personnes dans le monde souffrent d'un trouble de la santé mentale. Malgré la gravité des problèmes de santé mentale, très peu de personnes ont accès à des services de qualité, a déclaré Elisha London, fondatrice et PDG de United for Global Mental Health, à Global Citizen. Dans les pays à faible et à moyen revenu, plus de 75 % des personnes souffrant de troubles mentaux ne reçoivent aucun traitement. »

Articles liés 27 août 2020 Le Canada alloue 82 millions de dollars à la santé mentale des populations autochtones face à la COVID-19

2. La stigmatisation et la désinformation 

Les gens évitent parfois de demander de l'aide en cas de maladie mentale par crainte d'être stigmatisés et discriminés. Dans certains cas, des idées fausses sur les troubles de santé mentale aggravent cette crainte.

Au Ghana, par exemple, les personnes atteintes de maladies mentales sont parfois enchaînées à des arbres à l'extérieur pendant des années, faute de médicaments et d'options de traitement disponibles.

Selon le Guardian, le pays ne compte que trois hôpitaux et 13 psychiatres pour ses 30 millions d'habitants.

« Depuis que nous n'avons plus de médicaments, la seule option proposée est celle de la chaîne », a déclaré au Guardian Stephen Asant, un infirmier psychiatrique de Tamale, dans le nord du Ghana.

« La plupart des gens [qui vivent] dans le nord ne comprennent pas le concept de maladie mentale, a-t-il dit. Beaucoup ne savent pas quoi faire et dans la plupart des cas, ils abandonnent la personne, ou l'emmènent dans des camps de prière. Il se peut qu'une personne qui a des connaissances en matière de santé mentale leur conseille d'emmener la personne à l'hôpital. Mais même là, il n'y a pas de médicaments. »

Articles liés 19 janvier 2018 Comment les « fake news » peuvent mener à une véritable épidémie mondiale

3. Le manque de politiques appropriées 

La santé mentale est souvent sous-financée, et les traitements de santé mentale ne sont pas toujours disponibles dans le cadre des soins primaires.

« On constate une crise liée à l'inaction dans le domaine de la santé mentale. En dépit de conversations de plus en plus fréquentes dans certaines régions du monde, les investissements visant à fournir aux gens le soutien dont ils ont besoin ne sont pas renouvelés, a déclaré Mme London. Moins de 2 % des budgets nationaux de santé sont consacrés à la santé mentale, et l'aide mondiale au développement consacrée à la santé mentale n'a jamais dépassé 1 % de l'aide mondiale au développement consacrée à la santé. »

Selon l'Atlas de la santé mentale 2017 de l'OMS, des progrès ont été réalisés dans l'élaboration des politiques de santé mentale, mais d'autres politiques sont encore nécessaires dans divers pays du monde. Il faut aussi actualiser les politiques existantes, qui sont dépassées.

« Les investissements internationaux et nationaux dans la santé mentale ont été freinés car ils sont encore souvent considérés comme un nouveau flux d'investissement pour de nombreux bailleurs de fonds, a déclaré Mme London. Cette situation est aggravée par la stigmatisation, le manque de ressources financières disponibles, les limites au niveau des capacités des ressources humaines et la priorité accordée aux problèmes de santé concurrents. »

Articles liés 6 juillet 2018 Le racisme dans les soins de santé tue les populations autochtones du Canada

4. Le coût des soins de santé mentale

Dans les pays où des professionnels de la santé mentale sont disponibles, de nombreuses personnes peinent encore à accéder au traitement en raison de son coût. Même dans les pays où les soins de santé sont universels, comme le Canada, une majorité de personnes doivent payer les services de santé mentale de leur poche ou par le biais d'une assurance.

Même avec une aide financière, les traitements de santé mentale peuvent être coûteux. Si un diagnostic nécessite une thérapie ou des médicaments, par exemple, les frais peuvent se révéler très élevés.

« Le monde parle de santé mentale, mais parler ne suffit pas. L'action mondiale en matière de santé mentale est en stagnation, a déclaré M. London. Nous avons besoin d'un véritable mouvement en matière de financement de la santé mentale et d'accès aux services, afin que chacun, partout, ait quelqu'un vers qui se tourner lorsque sa santé mentale a besoin d'être soutenue. »