Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Environnement

Selon une nouvelle étude, la glace de mer dans l’Arctique pourrait disparaître d'ici 2035


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Avec l'augmentation des températures mondiales et la fonte des glaces, les effets du changement climatique ne feront que s'aggraver. L'objectif mondial n° 13 des Nations Unies invite les pays à préserver l'environnement afin de protéger la vie et les moyens de subsistance. Vous pouvez nous rejoindre en passant à l'action sur des questions similaires ici.

Les chercheurs en climatologie prévoient que la glace de la mer arctique pourrait disparaître complètement d'ici 2035.

Une nouvelle étude, publiée lundi par Nature Climate Change, compare les conditions actuelles avec celles de la dernière phase de réchauffement climatique, qui remonte à 127 000 ans. 

Louise Sime et Maria Vittoria Guarino confirment que la glace de mer a complètement fondu au cours de la dernière période interglaciaire, une période géologique située entre deux ères glaciaires. La Terre se situerait actuellement dans une autre période interglaciaire nommée Holocène.

« En étudiant la dernière période de chaleur, nous recueillons de précieuses informations sur la sensibilité des régions polaires à un monde plus chaud, a déclaré Mme Guarino à Global Citizen. Cela nous aide à mieux prévoir ce que l'avenir nous réserve. »

Mme Guarino a précisé que les facteurs à l'origine de la hausse des températures sont aujourd'hui très différents de ceux qui prévalaient lors de la précédente période interglaciaire. Une configuration différente de l'orbite de la Terre autour du soleil a notamment provoqué une hausse des températures il y a 100 000 ans.

« Dans le futur, on prévoit que l'augmentation des températures sera principalement imputable à la chaleur anthropique », a déclaré Mme Guarino.

La glace de mer est de l'eau de mer gelée et, contrairement aux glaciers, aux icebergs et aux plates-formes de glace, elle se forme, croît et fond dans l'océan. 

La glace de mer joue un rôle essentiel dans la régulation du climat de la planète en réfléchissant 80% de la lumière du soleil, selon le National Snow and Ice Data Center (NSIDC). Lorsque la glace de mer fond, l'eau foncée qui lui est sous-jacente absorbe 90 % de la lumière du soleil, ce qui contribue à l'augmentation de la température des océans.

L'augmentation des températures mondiales se traduit par une fonte de la glace de mer à un rythme effréné. Selon le NSIDC, le niveau de la glace de mer arctique a atteint un niveau exceptionnellement faible en juin 2020. C'est aussi la première fois de l'année où la route maritime du Nord était dénuée de glace.

Articles liés 24 juillet 2020 Une fuite de méthane dans les fonds marins de l'Antarctique fait craindre une catastrophe climatique

De nombreux animaux tels que les morses, les phoques et les ours polaires dépendent de la glace de mer pour la chasse et la reproduction. Mme Guarino souligne que de nombreux écosystèmes pourraient également être détruits si la glace de mer venait à fondre. 

Les pôles sont les régions les plus sensibles au changement climatique sur Terre, et de légères hausses de température peuvent accélérer le réchauffement de la planète et les tendances climatiques. 

« Une disparition complète de la glace de mer aurait un impact profond sur notre climat, notre météo et donc sur la société », a déclaré Mme Guarino. 

Articles liés 22 avril 2020 Selon une étude, il n’y aura plus de banquise dans l'Arctique d’ici 2050

James Screen, professeur associé en sciences du climat à l'université d'Exeter, a étudié les conséquences de la fonte des glaces de mer sur les conditions météorologiques et les tendances mondiales.

Bien que la gravité des impacts soit encore inconnue, James Screen considère que nous devons agir maintenant.

« [Ce nouveau travail] vient s'ajouter à une littérature déjà assez importante qui affirme que nous devons réduire considérablement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre pour éviter de connaître des étés sans glace dans un avenir proche », a-t-il déclaré à Global Citizen.