Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Syrian refugee children attend a class at a makeshift school set up in a tent at an informal tented settlement near the Syrian border on the outskirts of Mafraq, Jordan, Wednesday, Oct. 21, 2015.
Muhammed Muheisen/AP
Éducation

10 barrières à l’éducation autour du monde


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
L’éducation est un droit humain fondamental. Cependant, beaucoup d’enfants n’ont toujours pas la possibilité d’apprendre, surtout s’ils vivent dans la pauvreté ou s’ils sont des filles. À l’occasion de la Journée internationale de l’éducation, l’UNESCO appelle le monde entier à donner la priorité à une éducation de qualité. Vous pouvez vous joindre à nous pour passer à l’action ici.

Les enfants des pays pauvres se heurtent à de nombreux obstacles pour accéder à l’éducation. Certains d’entre eux sont évidents, comme le fait de ne pas avoir d’école où aller, tandis que d’autres sont plus subtiles, comme l’enseignant n’ayant pas reçu la formation nécessaire pour aider les enfants à apprendre de manière efficace.

Un meilleur accès à l’éducation peut améliorer la santé et la durée de vie globale d’une société, faire croître les économies et même combattre le changement climatique. Pourtant, dans de nombreux pays en développement, l’accès des enfants à l’éducation peut être limité par de nombreux facteurs.

C’est pourquoi l’Organisation des Nations Unies (ONU) a proclamé le 24 janvier comme Journée internationale de l’éducation pour célébrer la contribution que l’éducation peut apporter à la paix et au développement. L’ONU croit qu’il est inacceptable que 262 millions d’enfants et de jeunes dans le monde ne fréquentent pas l’école, et elle exige des gouvernements et de ses autres partenaires qu’ils interviennent pour y remédier.

Agissez dès maintenant : Aider les enfants victimes de la guerre et des conflits à rester à l’école

« Cette journée est l’occasion de réaffirmer des principes fondamentaux », a déclaré Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO.

« Cette journée est l’occasion de réaffirmer des principes fondamentaux. Tout d’abord, l’éducation est un droit humain, un bien et une responsabilité publics. Ensuite, l’éducation est l’atout le plus puissant dont nous disposions pour susciter des améliorations significatives en matière de santé, stimuler la croissance économique et débrider le potentiel et l’innovation dont nous avons besoin pour bâtir des sociétés plus résilientes et durables », a-t-elle ajouté.

Voici 10 des plus grands défis en ce qui concerne l’éducation mondiale sur lesquels le monde doit agir dès maintenant pour atteindre l’Objectif 4 du développement durable : une éducation de qualité d’ici 2030.

1. Un manque de financement pour l’éducation

Barriers-To-Education-Around-The-World-3.jpgGirls walk to an UNRWA school for the first day school year in Gaza City, Aug. 29, 2018. Hundreds of thousands of Palestinian children are starting their school year in the Gaza Strip amid a major budget crunch for the UN agency that funds many schools.
Image: Felipe Dana/AP

Les pays en développement ne peuvent pas compter uniquement sur leur propre financement pour l’éducation — ils ont aussi besoin d’une aide étrangère.

Moins de 20 % de l’aide à l’éducation va aux pays à faible revenu, selon le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE). Mais il en coûte en moyenne 1,25 dollar par jour et par enfant dans les pays en développement pour assurer 13 années d’éducation.

Si chaque pays en développement n’investissait que 15 centimes de plus par enfant, cela pourrait faire toute la différence. Il y a actuellement un écart de 39 milliards de dollars pour fournir une éducation de qualité à tous les enfants d’ici 2030. Le GPE encourage les pays en développement à consacrer 20 % de leur budget national à l’éducation et 45 % à l’enseignement primaire.

2. Ne pas avoir d’enseignant, ou avoir un enseignant non formé

L’efficacité d’un enseignant s’est avérée être l’indicateur le plus important de l’apprentissage des élèves. Le GPE est déterminé à lutter contre la crise mondiale des enseignants.

Il n’y a pas assez d’enseignants pour assurer l’éducation primaire ou secondaire universelle, et un grand nombre des enseignants qui y exercent actuellement ne sont pas formés. Par conséquent, les enfants ne reçoivent pas une éducation adéquate. Il y a 130 millions d’enfants à l’école qui n’apprennent pas les compétences de base comme la lecture, l’écriture et les mathématiques.

Au niveau mondial, l’ONU estime que 69 millions de nouveaux enseignants sont nécessaires pour assurer l’éducation primaire et secondaire universelle d’ici 2030. Dans un pays sur trois, moins des trois quarts des enseignants sont formés aux normes nationales.

3. Aucune salle de classe

EducationAroundTheWorld_Sudan_002.jpgStudents try to get the teacher's attention to answer a question in Sudan.
Image: Kelley Lynch/GPE

Un enfant ne peut pas apprendre sans le bon environnement. Dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, les enfants sont souvent entassés dans des classes surpeuplées, des classes qui s’effondrent ou ils doivent faire leurs cours dehors.

Au Malawi, par exemple, il y a en moyenne 130 élèves par classe en 1ere année. Ce n’est pas seulement le manque de salles de classe qui pose problème, mais aussi toutes les installations de base que l’on attend d’une école — comme l’eau courante et les toilettes.

En lire plus : Des millions d’enfants ne sont pas scolarisés — et c’est pourquoi ALDO fait équipe avec Global Citizen

Au Tchad, une école sur sept seulement a accès à de l’eau potable et une sur quatre seulement dispose de toilettes ; en outre, un tiers seulement des toilettes qui existent sont réservées aux filles, ce qui constitue un véritable frein et un obstacle pour les filles qui veulent aller à l’école.

4. Le manque de matériel d’apprentissage

Dans de nombreuses régions du monde, les manuels scolaires sont souvent obsolètes et usés et sont partagés par six élèves ou plus. En Tanzanie, par exemple, seulement 3,5 % de tous les élèves de classe de 6e année avaient l’usage exclusif d’un manuel de lecture.

Au Cameroun, il y a 11 élèves du primaire pour chaque manuel de lecture et 13 pour chaque manuel de mathématiques en 2e année. Les cahiers d’exercices, les feuilles d’exercices, les livres de lecture et d’autres documents de base pour aider les élèves à apprendre leurs leçons sont en nombre insuffisant. Les enseignants ont également besoin de matériel pour préparer leurs leçons, les partager avec leurs élèves et les guider.

5. L’exclusion des enfants souffrant d’un handicap

Barriers-To-Education-Around-The-World-5.jpgA visually impaired student reads braille in Rio de Janeiro, Friday, Sept. 2, 2016.
Image: Silvia Izquierdo/AP

Bien que l’éducation soit un droit humain universel, les 93 millions d’enfants handicapés dans le monde se voient souvent refuser l’accès à l’école. Dans certains des pays les plus pauvres du monde, jusqu’à 95 % des enfants handicapés ne sont pas scolarisés. La discrimination, le manque de formation des enseignants aux méthodes d’enseignement inclusives et le manque d’écoles accessibles font que ce groupe est particulièrement vulnérable au déni de son droit à l’éducation. Le taux d’absentéisme scolaire des étudiants handicapés n’est pas beaucoup plus faible dans les pays développés, soit 90 %.

6. Le sexisme

Barriers-To-Education-Around-The-World-2.jpgA Pakistani girl lines up among boys for their morning assembly where they sing the national anthem at a school in Islamabad, Pakistan on Oct. 11, 2013. In Pakistan, the Taliban stops more than 25 million children from going to school.
Image: Anja Niedringhaus/AP

En termes simples, le genre est l’une des principales raisons pour lesquelles les enfants n’ont pas accès à l’éducation. Malgré les progrès récents en matière d’éducation des filles, une génération de jeunes femmes a été laissée pour compte. Actuellement, plus de 132 millions de jeunes femmes dans le monde ne sont pas scolarisées. Dans les pays en développement, une fille sur trois se marie avant l’âge de 18 ans et quitte généralement l’école si elle le fait.

En lire plus : Malgré des avantages considérables, l’éducation des filles n’est pas une priorité

Le maintien des filles à l’école leur profite, ainsi qu’à leur famille, mais la pauvreté oblige de nombreuses familles à choisir lequel de leurs enfants envoyer à l’école. Les filles en sont souvent exclues parce que les familles croient qu’il est moins utile d’éduquer une fille qu’un garçon. Au lieu de fréquenter l’école, elles sont envoyées au travail ou obligées de rester à la maison pour s’occuper de leurs frères et sœurs, et des tâches ménagères. Les filles manquent également des journées d’école chaque année ou sont trop gênées de participer aux cours parce qu’elles manquent l’éducation à l’hygiène menstruelle ou les installations sanitaires nécessaires pour gérer leurs règles en privé et dans la dignité.

7. Vivre dans un pays en conflit ou à risque de conflit

EducationAroundTheWorld_Syria_003.jpgFirst-grade students attend a basement school in besieged East Ghouta, Rural Damascus in the Syrian Arab Republic.
Image: Amer Al Shami/UNICEF

Toute guerre fait de nombreuses victimes et les systèmes éducatifs sont souvent détruits. Près de 250 millions d’enfants vivent dans des pays touchés par des conflits. Environ 61 millions d’enfants ne sont actuellement pas scolarisés parce qu’ils vivent dans des zones de conflit et de catastrophe, et les jeunes filles sont 90 % plus susceptibles de ne pas aller à l’école secondaire dans les zones de conflit qu’ailleurs, selon l’UNESCO.

Les conflits empêchent les gouvernements de fonctionner, les enseignants et les élèves fuient souvent leurs foyers et la continuation de l’apprentissage est fortement perturbée. Au total, 61 millions d’enfants ont vu leur éducation perturbée par des conflits ou des crises, y compris des catastrophes naturelles qui détruisent les écoles et l’environnement qui les entourent. Moins de la moitié des enfants réfugiés du monde sont inscrits à l’école, selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Il est inquiétant de constater que l’éducation a jusqu’à présent été une très faible priorité de l’aide humanitaire aux pays en conflit — et moins de 3 % de l’aide humanitaire mondiale a été allouée à l’éducation en 2016.

8. La distance de l’école

Barriers-To-Education-Around-The-World-4.jpgTwo girls walk back home after attending an ad-hoc learning center set up in a local mosque in Srinagar, Indian controlled Kashmir on Oct. 20, 2016.
Image: Dar Yasin/AP

Pour de nombreux enfants du monde entier, il n’est pas rare de marcher jusqu’à trois heures dans chaque direction pour se rendre à l’école. C’est tout simplement trop pour de nombreux enfants, en particulier les enfants handicapés, ceux qui souffrent de malnutrition ou de maladie, ou ceux qui sont obligés de travailler à la maison. Imaginez que vous deviez partir à l’école, affamé, à 5 h du matin tous les jours, pour ne pas revenir avant 19 h. Beaucoup d’enfants, en particulier les filles, sont également vulnérables à la violence pendant leurs longs et dangereux trajets entre l’école et la maison.

9. La faim et la malnutrition

L’impact de la faim sur les systèmes éducatifs est gravement sous-estimé. Le fait d’être gravement sous-alimenté, au point de nuire au développement du cerveau, peut équivaloir à perdre quatre années de scolarité. On estime qu’environ 151 millions d’enfants de moins de cinq ans souffriront d’un retard de croissance en 2013. Le retard de croissance peut affecter les capacités cognitives d’un enfant ainsi que sa capacité à se concentrer et surtout à l’école. Par conséquent, les enfants retardés sont 19 % moins susceptibles d’être capables de lire avant l’âge de 8 ans. Inversement, une bonne nutrition peut être une préparation cruciale à un bon apprentissage.

10. Le coût de l’éducation

La Déclaration universelle des droits de l’homme stipule clairement que chaque enfant a droit à une éducation de base gratuite, de sorte que la pauvreté et le manque d’argent ne doivent pas constituer un obstacle à la scolarisation. Dans de nombreux pays en développement, au cours des dernières décennies, les gouvernements ont annoncé l’abolition des frais de scolarité, ce qui s’est traduit par une augmentation impressionnante du nombre d’enfants scolarisés. 

En lire plus : Le Canada contribue 50 millions de dollars au fonds mondial pour l’éducation des enfants en situation de crise

Pourtant, pour plusieurs des familles les plus pauvres, l’école demeure trop chère et les enfants sont obligés de rester à la maison pour faire les corvées ou travailler eux-mêmes. Les familles restent enfermées dans un cycle de pauvreté qui dure des générations. Dans de nombreux pays en Afrique, alors que l’éducation est théoriquement gratuite, dans la pratique, les « frais informels » obligent les parents à payer pour des « articles obligatoires » comme des uniformes, des livres, des stylos, des leçons supplémentaires, des frais d’examen ou des fonds pour financer les bâtiments scolaires. Dans d’autres endroits, l’absence d’écoles publiques (financées par l’État) qui fonctionnent veut dire que les parents n’ont d’autre choix que d’envoyer leurs enfants dans des écoles privées qui, même si elles sont « à bas prix », sont inabordables pour les familles les plus pauvres qui désirent simplement que leurs enfants aient accès à une bonne éducation.