Tandis que six milliards de doses de vaccins contre la COVID-19 ont été administrées à travers le monde, seuls 3 % l’ont été dans les pays à faible revenu. Combien de personnes doivent-elles mourir dans ces communautés abandonnées avant que les pays riches se mobilisent pour garantir l'équité vaccinale et, ainsi, sauver des vies ?

L'argent est au cœur du problème.

Les laboratoires pharmaceutiques, appelés la Big Pharma, gardent dans le plus grand secret les méthodes de production des vaccins. C’est ce qu’on appelle un brevet : lorsqu’une entreprise pharmaceutique fabrique un vaccin, elle dépose un brevet pour interdire ou limiter l'utilisation de ce vaccin à d'autres entreprises ou gouvernements.

En somme, la Big Pharma tire profit de la fabrication de vaccins. 

Aidez-nous à sauver des vies en exhortant la France et la Belgique, qui se sont montrées favorables à une levée temporaire des brevets sur les vaccins contre la COVID-19, à faire preuve de leadership pour que les vaccins soient un « bien public mondial ».

Si d’autres pays avaient le droit de fabriquer des vaccins contre la COVID-19, jusqu'à ce que l'immunité collective soit atteinte sur la planète, nous pourrions protéger plus de personnes et réduire les inégalités d’accès entre les pays riches et les pays pauvres.

Les 21 et 22 octobre, les chefs d'État de l’Union européenne se réuniront à Bruxelles pour définir les priorités politiques de l’Europe. C’est là une occasion historique pour la France et la Belgique d’incarner la solidarité internationale. Car la levée des brevets sur les vaccins contre la COVID-19 n’est pas seulement une question de santé publique. C’est également un impératif moral et politique.

Envoyez un email aujourd’hui à la France et à la Belgique pour qu’elles soutiennent un accès équitable aux vaccins contre la COVID-19.