Global Citizen ist eine Gemeinschaft, die aus engagierten Menschen wie dir besteht.

Menschen, die etwas über die größten Herausforderungen der Welt lernen und aktiv werden wollen. Leiste deinen Beitrag, um extreme Armut zu beenden.

French Embassy in the US/Flickr
Gesundheit

Emmanuel Macron augmente la contribution de la France de 20 % au Fonds mondial


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Le Fonds mondial lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Ce fonds a besoin de 14 milliards de dollars pour sauver 16 millions de vies au cours des trois prochaines années. Joignez-vous à l’action de Global Citizen ici.

Le Président Emmanuel Macron a annoncé jeudi que la France augmentera de 20 % sa contribution au Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, lors de sa conférence de reconstitution, qui s’est tenue à Lyon le 9 et 10 octobre.

Le Fonds mondial est un partenariat qui a été créé en 2002 pour un but précis : aider dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, trois des maladies les plus meurtrières de la planète. Le fonds a déjà permis de sauver 32 millions de vies, mais la lutte n’est pas terminée. On estime à trois millions le nombre de décès annuels causés pas ces trois maladies.

Agissez dès maintenant : Remercions la Norvège de s’être engagée pour la santé et l’éducation pour tous !

L’objectif fixé pour la conférence était d’atteindre un montant de 14 milliards de dollars nécessaires pour sauver 16 millions de vies et l'engagement de la France s’élève à 1,423 milliard de dollars en trois ans.

« Je ne laisserai personne sortir de cette pièce ou quitter Lyon tant que les 14 milliards n’auront pas été obtenus. Et donc tout à l’heure nous les aurons », M. Macron a dit lors de son allocution.

Ambassadrice du réseau Grandir Ensemble (ONG soutenue par Sidaction), Amanda Dushime, une jeune Burundaise âgée de 18 ans, née avec le VIH, a parlé lors de la conférence pour rappeler le monde de l’importance du Fonds mondial. 

« Notre vie a de la valeur, vous ne devez jamais l’oublier », a-t-elle dit.

Elle a parlé des difficultés auxquelles sont confrontées les personnes les plus vulnérables, notamment les filles en Afrique Subsaharienne qui sont les plus durement touchées — le manque d’accès aux traitements adéquats, ainsi que les innombrables discriminations et stigmatisations dont les personnes concernées peuvent faire l’objet.

Elle a poursuivi en lançant un message aux leaders de ce monde.

« Nous ne voulons plus de cela, être soignés à l’aveuglette, nous ne réclamons rien de plus que le respect de nos droits, tout simplement le droit de vivre et d’espérer un avenir », elle a déclaré.

L’objectif de la conférence de reconstitution de ressources a été atteint grâce aux contributions des États-Unis, du Royaume-Uni, du Japon, de l’Allemagne, de la Norvège et de l’Inde, mais aussi du Mali, de la République Démocratique du Congo, de l’Ouganda, du Cameroun et du Burundi.

« Toutes les personnes présentes dans cette salle aujourd’hui ont pu sentir la puissance de la communauté internationale quand elle s’unit pour proclamer d’une seule voix : “Nous en finirons avec les épidémies” », a déclaré Peter Sands, le directeur exécutif du Fonds mondial.

* Note : Le contenu de cet article a été modifié